Ινδία: Το έτος Covid, γιατί η καταναγκαστική εργασία προτιμά να παραμείνει «υποχρεωμένη»

0 46

Santosh Majhi avait accepté son sort dans la vie. 10 roupies par jour pour 16 heures de travail au four à briques de Peddapalli à Telangana. La maison était loin à Odisha et semblait plus éloignée chaque jour qui passait. Comme d’autres dans son village, il avait cru l’homme qui avait promis de rembourser sa dette en échange d’un travail. Un an plus tard, il réalisa qu’il était en esclavage. Mais lorsque le représentant d’une organisation de défense des droits de l’homme est entré en contact, lui et les 360 autres personnes qui l’accompagnaient ont refusé de partir.

Cet article est apparu en premier (en Anglais) sur https://timesofindia.indiatimes.com/india/in-year-of-covid-why-bonded-labour-would-rather-stay-bonded/articleshow/82196735.cms

Σχολιάστε